Paysage Ferroviaire


Occupant un territoire allant de l’extrémité du Léman jusqu’à la Vallée d‘Entremont, la région du Bas-Valais et celle du Chablais vaudois profitèrent rapidement de l’apparition du chemin de fer en Suisse. La Compagnie de l’Ouest Suisse (OS) inaugura le tronçon Villeneuve – Bex en 1857, et en 1859, ce fut au tour de la ligne Martigny – Le Bouveret (plus connue sous le nom de « Ligne du Tonkin ») d’être mise en exploitation, par la Compagnie de la Ligne d’Italie cette fois. En 1860, la jonction entre ces deux tronçons était établie

Par la suite, deux régions concentrèrent les nouveaux projets. Le coude du Rhône avec Martigny tout d’abord, où la question d’une liaison avec l’Italie et la France se posa dès les années 1880. Après maints projets, la ligne Martigny-Châtelard (MC) fut inaugurée en 1906, la section française Châtelard-Vallorcine étant ouverte en 1908. Quant au raccordement vers l’Italie, le premier tronçon Martigny-Orsières (MO) fut mis en service en 1910. Si la liaison avec Aoste resta à l’état de projet, une liaison Sembrancher - Le Châble fut ouverte au trafic en 1953.

Dans le Chablais Vaudois, la présence d’établissements touristiques et thermaux sis dans les Alpes vaudoises motiva de nombreux projets. En 1900, la ligne Aigle-Leysin (AL) fut inaugurée en 1900 déjà, suivie par la ligne Aigle- Le Sépey- Les Diablerets (ASD) en 1914. Du côté de Bex, un premier tronçon Bex-Gryon-Villars-Chesières (BGVC) fut mis en service en 1906, rejoint par une liaison Villars-Bretaye (VB) en 1913. Enfin, la ligne intercantonale Aigle-Ollon-Monthey (AOM) fut ouverte au trafic en 1907 et sa prolongation vers Champéry-Morgins (MCM) en 1908. La liaison vers Morgins ne sera cependant jamais réalisée

Il serait difficile de résumer en quelques lignes l’histoire de toutes ces lignes. Retenons la fermeture de la ligne Villars-Chesières en 1961, au profit de la route. Ce sera la seule à subir ce triste sort, les autres se maintenant tant bien que mal.

Relevons aussi les différentes fusions : le BGVC et le VB formèrent le BVB dès 1942, tandis que l’AOM et le MC s’unirent et constituèrent l’AOMC en 1946. En 1975, l’AL, l’ASD et le BVB se regroupèrent dans la communauté d’exploitation des Transports Publics du Chablais (TPC) et furent rejoints en 1975 par l’AOMC. La réelle fusion des quatre compagnies interviendra en 1999 sous l’appellation Transports Publics du Chablais SA. Du côté valaisan, le MC et le MO unirent leur destinée en 2000 pour former les Transports de Martigny et Régions SA (TMR). De plus, les deux lignes furent renommées respectivement Mont-Blanc-Express et Saint-Bernard-Express, et ce, dès le début des années 90.

De nos jours, le paysage ferroviaire du Bas-Valais évolue lentement, mais sûrement : nouvelle gare souterraine du Châble (inaugurée en 2019), projet de réouverture de la ligne St-Gingolph-Evian, raccordement potentiel de Monthey au réseau « Grandes Lignes » des CFF… Du côté vaudois, plusieurs grands projets sont également en cours : refonte du tracé de l’AOMC entre Collombey et Monthey, prolongement de l’ASD et de l’AL vers les remontées mécaniques attenantes, transformation de la gare de Bex et de celle de Villars…

Bibliographie (non exhaustive !) :
- Numéro spécial de TPC News, paru en mai 2003, consultable ici
- Brigitte Kalbermatten, Le Martigny-Orsières (1910-2010): un siècle au service de la région, Sierre, Éditions à la Carte, 2010.
- Jean-Daniel Landry, Chemin de fer Martigny-Châtelard de 1906 à 2006: les pionniers et la technique, Sierre, Éditions à la Carte, 2006.
- Différents articles de l’encyclopédie en ligne Wikipédia (notamment les versions allemandes des articles, parfois plus riches, mêmes pour les compagnies romandes !)
Si vous relevez des inexactitudes, n'hésitez pas à nous en informer par courriel pour rectification !

Created by Template Stock - Copyright 2016